Menu icoMenu232White icoCross32White
<
>

Images de la page d'accueil

Cliquez pour éditer

Images de la page d'accueilBandeau avec du texte, des boutons ou une inscription à la newsletter

Cliquez pour éditer
Retour
Yannick ROUX
18 juin 2021
De l'impact des discriminations sur l'accès à la santé

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre newsletter
icoCross16Dark

De l'impact des discriminations sur l'accès à la santé

La malencontreuse expérience que j’ai vécue aujourd’hui n’est qu’un infime détail, pourtant révélateur, pour dire combien les soucis de santé doivent prévaloir sur les soucis d’argent ! Une réelle égalité dans l'accès aux soins, une médecine plus humaine, une politique de santé complète et globale. Vous savez mes combats contre les discriminations et mes convictions pour davantage de fraternité et de libertés individuelles et collectives.

Ce matin je suis allé dans une clinique afin de subir un énième examen IRM, scanner…

Accueil sans aucune valeur, la conception implicite minimale de répondre à mon bonjour… Puis, d’emblée, on me rappelle que l’établissement ne prend pas la carte mutuelle et, ce sont les premiers mots : « Vous réglez comment : chèque, espèces, carte bleue ? ». Or, c’est indiqué sur mon dossier carte vitale : prise en charge à 100% du protocole de soins…

Après avoir péniblement dû, devant un hygiaphone et d’autres patients derrière moi, hurler mes soucis de santé en détail et surtout leur rappeler à mon tour que les comptes-rendus d’hospitalisation et d’examens dans cet établissement où je me rends quasi deux fois par mois depuis dix huit mois semblent facultatifs et sans importance puisqu’il faut à chaque fois réclamer pour obtenir qu’une copie soit donnée au médecin et déjà au patient, la besogneuse a fait appel à son dynaste. Faisant valoir mes droits, la Cheffe a bien voulu, comme si elle m’accordait son droit de respecter le droit, ou plutôt parce que son gobelet de café Sélecta était prioritaire sur le moment, que je ne fasse pas cette avance des frais engagés… Mais mon propos n’est pas de faire le procès des salariés en attente perpétuelle de moyens et de formations, simplement de juger de ces fameuses conditions d’accès aux soins de droit commun.

Aussi, quand bien même j’aurai été remboursé et tenant compte également d’une mutuelle complémentaire souscrite en option et pour laquelle je cotise, si depuis 18mois j’avais dû acquitter les avances de frais de tous les examens, anesthésies, interventions chirurgicales que j’ai subies… Avec quels moyens aurai-je survécu ?!

… Ah, ma fameuse classe moyenne à qui l’on a fumé tous les moyens !...

Je trouve méchant et monstrueux les ronchonneries de certains égoïstes notoires à propos de la loi du 27 juillet 1999 portant création d'une couverture maladie universelle pour les personnes qui ne relèvent pas jusqu'alors d'un régime de sécurité sociale et qui résident en France de façon stable et régulière. La CMU, qui reste une des plus grandes lois sociales des 90 dernières années, garantit une prise en charge des soins par un régime d'assurance maladie, et aux personnes dont les revenus sont les plus faibles le droit à une protection complémentaire et à la dispense d'avance de frais (tiers payant).

La lutte contre les exclusions, dans le domaine de la santé, devait tenir pour ambition de résoudre les difficultés concrètes d'accès aux soins que rencontrent les personnes en difficulté. C'est ainsi que, dans chaque région, des programmes sont élaborés pour répondre aux besoins des personnes en situation de précarité, en liaison aussi avec les associations.

Dès lors, il conviendrait que l'hôpital (au sens le plus large possible : hôpitaux, cliniques, centres de santé…) ait aussi une vraie mission sociale dotée de moyens suffisants pour que, dans les faits, les personnes en difficulté accèdent aux filières de soins de droit commun.

Dans mon émission vidéo sur le web « L’apérou, Le Direct N°4 » du 23 avril 2021 j’ai tenté d’aborder avec vous l’impact des discriminations sur l’accès à la santé.

A l’heure des choix, le premier tour des élections départementales et régionales dimanche 20 juin prochain, il conviendrait à toutes et tous, et quel que soit notre hiérarchie sociale du reste, de savoir « peser les patates » pour exiger aussi ces moyens d’une médecine plus humaine. Il en va de l'importance de notre sécurité sanitaire.

0 commentaire(s)
Aucun commentaire pour le moment.
Consultez également
La rage de l'improbable

La rage de l'improbable

Yannick Roux, auteur Sociétaire SACD, fondateur de Cabaret-Vert La rage au cœur Alors...

Yannick ROUX
23 juillet 2021
Patrick Wasteels - l'hommage de Cabaret-Vert -

Patrick Wasteels - l'hommage de Cabaret-Vert -

Ma rencontre avec Patrick Wasteels a été capitale dans mon projet artistique, c’est même...

Yannick ROUX
1 juillet 2021
Lettre ouverte du Cabaret-Vert Yannick Roux

Lettre ouverte du Cabaret-Vert Yannick Roux

Lettre ouverteMadame, Monsieur,Depuis le 19 mai, il est à nouveau possible de s’asseoir en...

Yannick ROUX
19 mai 2021
Assemblée Générale du 03 janvier 2021

Assemblée Générale du 03 janvier 2021

Les membres de l'association Cabaret-Vert Yannick Roux, déclarée auprès de la préfecture du...

Yannick ROUX
5 mars 2021
Exprimez-vous !

Exprimez-vous !

Poursuivez ici selon votre inspiration...

6 octobre 2020
Parole donnée - JACQUES DUFOUR - Administrateur Cabaret-Vert Yannick Roux

Parole donnée - JACQUES DUFOUR - Administrateur Cabaret-Vert Yannick Roux

La rédaction : Tu as été élu Trésorier de Cabaret-Vert Yannick Roux. En remplacement de Virginie...

21 juin 2020