Menu icoMenu232White icoCross32White
<
>

Images de la page d'accueil

Cliquez pour éditer

Images de la page d'accueilBandeau avec du texte, des boutons ou une inscription à la newsletter

Cliquez pour éditer
Retour
Yannick ROUX
1 juillet 2021
Patrick Wasteels - l'hommage de Cabaret-Vert -

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre newsletter
icoCross16Dark

Patrick Wasteels - l'hommage de Cabaret-Vert -

Ma rencontre avec Patrick Wasteels a été capitale dans mon projet artistique, c’est même l’élément déclencheur de notre premier spectacle avec Sylvio Setjee qui allait devenir mon époux. Un soir au comptoir, au chant des Marmites Carrefour des trois communes, autour d’un verre, alors que je parlais de mes passions sans même me douter que celui qui partageait mes verres allait devenir notre partenaire de spectacle...

Solidaire de notre lutte contre les discriminations, c’est encore Patrick Wasteels qui a bien voulu réaliser un clip vidéo très symbolique devant la mairie lors de notre mariage. Cet interlude a été sélectionné et largement diffusé sur FranceTélévisions…

Ah, Jacques Martin ! T’es son portrait craché ! Même caractère de merde ! S’est écrié Patrick Wasteels qui côtoyait les studios de télévisions déjà dans les années 80, notamment pour filmer les émissions de Jacques Martin au Théâtre de l’Empire.

Pas étonnant alors que d’une plaisanterie originale, et d’une réponse digne de La Lorgnette, soit née notre complicité artistique avec ce passionné de l’image ! Monsieur Wasteels, tu rejoignais naturellement notre équipe pour y apporter tes compétences techniques.

J’aimais ton perfectionnisme Patrick. Tu étais toujours sincère et loyal.

Jamais tu n’as eu l’esprit étroit et la vue étriquée !

Sous tes airs de tonton flingueur, tu connaissais bien le milieu des artistes.

Patrick Wasteels tu étais surtout un homme en colère.

Un homme en colère avec une grande capacité d’analyse et de synthèse de toutes les situations qui t’amenait principalement à voir les défauts et le côté sombre des humains.

Patrick, tu pointais du doigt continuellement les failles et les malversations dans les systèmes politiques et sociaux. On parle aujourd’hui de lanceurs d’alerte ; Patrick Wasteels, toi ta révolte était aussi une révolte personnelle…

Nous échangions autour de bons repas car en bon épicurien, tu adorais manger et boire de bons vins et des doubles Ricard aussi !

Patrick, tu étais une sacrée personnalité !

Une personne de contrastes et de paradoxes !

Tu avais connu des périodes sombres où tu t’étais éloigné de tout.

Tel un écorché vif, tu avais une grande sensibilité sous ton allure rude et l’intelligence de ne pas vouloir livrer tes problèmes aux autres quand bien même tu l’aurais dû faire pour alléger un peu tes peines.

Une immense culture aussi qui te permettait tous les jours de faire le mot croisé du Parisien en 5 minutes chrono !

Un film se termine avec ton départ Patrick, le film de ta vie, un film rempli de quelqu’un qui a vécu des moments difficiles, de grandes amitiés, mais du bon vivre aussi…

Aussi, puisque tu as si souvent été l’œil derrière la caméra de notre cabaret, nos amis les artistes que tu as filmés, Jacques Dufour Sylvio Setjee et moi-même ont veut te dire combien tu auras été notre Jean Gabin, Patrick Wasteels. Oui, notre Jean Gabin : « Même caractère » pourrais-je ici ajouter pour te reprendre en référence à notre rencontre.

Alors, Patrick Wasteels, quelle belle épitaphe lorsque nous dirons on a connu notre Jean Gabin du Cabaret-Vert !

Alors, comme venant en écho depuis le plus profond d’un théâtre de l’empire, pour parler de ce que fût ta vie, je citerais Jacques Martin, celui-là même à qui, dithyrambique, tu m’avais comparé.

Le Jacques Martin lettré, épris de culture humaniste, aurait pu dire de toi : « Le moment le plus beau doit être celui où on ne cherche plus à plaire… Il faut rester insolent. La fin de l'insolence c'est le début de la vieillesse…

Toute ma souffrance vient de ce que je suis immoral au lieu d'être amoral… Le travail c'est un cache-misère. Cela permet de ne pas passer de temps avec soi…

Il n'y a que la bourgeoisie qui trouve que la misère est poétique. »

Alors le Jacques Martin plus léger, fantaisiste hédoniste, aurait pu rajouter : « Un humoriste est un tendre qui ricane parce qu'il ne peut pas soulager. »

Et encore : « Je cherche à ce qu'on m'aime, pas à ce qu'on m'applaudisse. »

Alors, "Et alors ?" me dirais-tu ! Patrick Wasteels tu es parti en paix et pour te dire combien tes amis et aussi les artistes t’ont aimé c’est les battements de nos cœurs lourds qui applaudissent et te saluent…

Repose en paix Patrick Wasteels.

Yannick Roux

Auteur Dramatique Sociétaire SACD.

0 commentaire(s)
Aucun commentaire pour le moment.
Consultez également
Des fêtes de fin d’année scintillantes 😉

Des fêtes de fin d’année scintillantes 😉

Tout doucement CABARET-VERT YANNICK ROUX va s'imprégner des couleurs de l'hiver pour vous...

Yannick ROUX
4 novembre 2021
Votre cabaret rouvre ses portes !

Votre cabaret rouvre ses portes !

Votre Cabaret-Vert Yannick Roux rouvre ses portes dès le 19 Septembre. Au programme, le...

Yannick ROUX
14 septembre 2021
La rage de l'improbable

La rage de l'improbable

Yannick Roux, auteur Sociétaire SACD, fondateur de Cabaret-Vert La rage au cœur Alors...

Yannick ROUX
23 juillet 2021
Patrick Wasteels - l'hommage de Cabaret-Vert -

Patrick Wasteels - l'hommage de Cabaret-Vert -

Ma rencontre avec Patrick Wasteels a été capitale dans mon projet artistique, c’est même...

Yannick ROUX
1 juillet 2021
Lettre ouverte du Cabaret-Vert Yannick Roux

Lettre ouverte du Cabaret-Vert Yannick Roux

Lettre ouverteMadame, Monsieur,Depuis le 19 mai, il est à nouveau possible de s’asseoir en...

Yannick ROUX
19 mai 2021
Assemblée Générale du 03 janvier 2021

Assemblée Générale du 03 janvier 2021

Les membres de l'association Cabaret-Vert Yannick Roux, déclarée auprès de la préfecture du...

Yannick ROUX
5 mars 2021